Le-bien-le-mal-ESS

CHOISIR UN PROJET PROFESSIONNEL DANS L’ESS : LES VALEURS

Où trouver son bonheur professionnel dans l’ESS ? Quel combat rejoindre ? Peut-on comparer des causes ? Comment distinguer acteurs utiles et inutiles ?

La phrase revient régulièrement sous la plume des candidates et candidats aux postes de l’ESS. Leurs candidatures sont motivées par une réalité : « Ils ont des valeurs ».

En rhétorique, cette assertion s’appelle une lapalissade. Dans le monde réel, elle ne correspond pas à grand-chose : sur cette planète, les personnes avec des valeurs seront toujours plus nombreuses que les personnes avec deux bras et deux jambes.

Petit passage en revue d’une méthode à suivre pour rejoindre une structure susceptible de correspondre à VOS valeurs.

CHERCHEZ LE CHANGEMENT

Si vous voulez savoir ce qu’apporte à la société un acteur, enlevez-le!

Imaginez ce qu’il se passerait si l’acteur n’était pas là. Quelle que soit la joliesse de l’action d’une association, d’une entreprise ou d’une personnalité. Imaginez le monde sans elle. Quelqu’un y prendra-t-il son rôle ? L’Etat reprendra-t-il son rôle ? Apporte-t-elle quelque chose de nouveau socialement ? Environnementalement ?

Sans Nicolas Hulot en 2007, pas d’entrée de l’écologie dans le débat des présidentielles, sans Nature et Progrès moins de bio et plus d’agriculture raisonnée, sans Veja, le commerce équitable ne serait plus du tout tendance (oui être tendance est un enjeu quand on veut changer le Monde). Sans le Rire Médecin, une prise en compte moins holistique de tout traitement, ou encore, sans Sherpa, pas de jurisprudence sur les dommages sociaux des filières à l’international.

Cette liste est très, très loin d’être exhaustive. Elle s’applique à des acteurs révolutionnaires comme à des acteurs réformateurs. Elle permet de vérifier que l’acteur ne remplit pas un rôle qui serait comblé en son absence sans perte de qualité par un acteur privé ou public. Elle aura des résultats différents selon votre vision politique…

FUYEZ LE COMMUNAUTARISME

Le communautarisme existe également dans l’ESS et ici comme ailleurs il est cousin du manichéisme. Très répandue en France, la pratique consiste à diviser le Monde en deux. La ligne de démarcation est simple, adolescente ou enfantine. Les vilains sont les puissants, les bons sont les autres.

Un pays riche, une grande entreprise voire un artiste reconnu représentent l’ennemi. Pauvres de France et du Monde – « damnés de la terre » ou « 99% » –  représentent l’ami. Cette vision est involontairement conservatrice (un Africain sera « bon » sous condition d’une absence de réussite économique ou politique). Elle a surtout pour défaut d’amener une sortie du champ politique au sens noble du terme.

L’acte politique existe par la volonté d’amener un changement heureux, que celui-ci soit les notes d’une élève en soutien scolaire ou le cadre juridique de la responsabilité sociale d’une multinationale. Il nécessite de juger non sur la puissance, mais en fonction d’un objectif de changement.

Public Citizen, acteur historique de la consommation responsable, n’a pas attaqué Nike dans les années 80 parce que c’était Nike ; ils l’ont attaqué pour obliger l’entreprise à amener un changement dans sa politique sociétale.

Il est possible de reconnaître cette approche à l’excès de « show off solidaire » au sein des locaux de la structure. Cette approche communautaire est mère de futures déceptions professionnelles. Quelques mois après votre embauche, il sera difficile de faire taire une petite voix « certes, je suis du côté des gentils mais… j’apporte quoi ? »

Prenez plutôt le temps, avant une candidature, de resituer un instant l’acteur jugé in ze picture.

CHOISISSEZ SELON VOS VALEURS

Toutes les personnes impliquées dans le « mariage pour tous » ou le conflit israélo-palestinien ont des valeurs. S’il existe bien évidemment une minorité de personnes motivée seulement par les plans de carrière et une reconnaissance mal placée, l’immense majorité des militants y sont sincères.

Ce truisme ainsi évacué, nous pouvons affirmer que ceci vaut aussi pour la lutte contre la faim, celle contre le sida ou encore celle en faveur de l’écologie. Ces causes-là sont aussi polémiques que les deux précédentes.

Le combat de Nicolas Hulot est opposé à celui de Maud Fontenoy. L’un a toujours cherché à bouleverser les cartes de l’engagement étatique dans le combat climatique (2002 et le discours de Jacques Chirac de Johannesburg, 2006 et vraie-fausse candidature aux présidentielles de 2007, 2012 et tentative de prise de contrôle de EELV, 2015 et la campagne Osons). Cet engagement des Etats est le fil rouge de ses engagements. L’autre répète à longueur de livres et d’interviews l’inefficacité d’interventions réglementaires nationales ou internationales. Sa pensée privilégie la demande des consommateurs citoyens et, par ce levier, l’évolution des entreprises comme mode de résolution des défis climatiques.

Libre à vous de préférer une approche ou l’autre, mais choisissez celle qui correspond à votre vision. Il n’est pas possible de soutenir les deux.  Cette règle tiendra jusqu’à la démonstration scientifique de l’existence du Père Noël.

Ce choix est indispensable en matière de projet professionnel. Si un bénévolat ou des dons réguliers peuvent permettre d’équilibrer, chacun d’entre nous n’a qu’une seule force de travail.

Le bien de l’un est toujours le mal de l’autre, quelle que soit votre vision, rejoignez un combat qui vous corresponde !

Et nous ? Orientation Durable, cabinet de recrutement à but lucratif dans l’univers de l’ESS, à l’aune de quoi nous jugeons-nous  ? www.orientationdurable.com/valeurs/

associations association ESS économie sociale et solidaire ONG NGO sens IAE insertion par l’activité économique RSE responsabilité sociétale des entreprises responsabilité sociale des entreprises entrepreneuriat social entreprenariat social start up sociale innovation sociale solidarité environnement environnemental 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *